MARCHE RÉPUBLICAINE

manif charlie
 

Après le carnage terroriste à Charlie-Hebdo et les morts lors de l’attaque de l’Hyper Casher de la Porte de Vincennes, l’appel à l’unité nationale s’est conclu par la journée historique de manifestations du 11 janvier. Plus d’une quarantaine de chefs d’État et de gouvernements étaient présents à Paris pour la marche républicaine. La dignité des cortèges, la foule immense partout en France, l’absence d’incidents et la retenue témoignent de ce sursaut national face à la barbarie.

Unité nationale ? Tout le monde ne comprend pas ce dont il s’agit et le hastag #JeSuisCharlie est parfois pris pour ce qu’il ne signifie pas. Il ne s’agissait pas d’approuver la ligne éditoriale de l’hebdomadaire mais de dire que nous sommes tous concernés par la liberté d’expression et la liberté de la presse. Le choix d’un magasin casher par l’un des terroristes donne également une dimension plus large au drame qui s’est déroulé avec l’antisémitisme en toile de fond. Face à ce drame il fallait faire montre de détermination et d’unité et taire – un moment – ce qui nous divise. Ce moment de décence n’a pas été respecté par tous. Il y a eu bien sûr, ça et là, des récupérations politiques… Au-delà du FN, il y a tous ceux et celles (comme Valérie Précresse par exemple) qui nous donnent les conseils que nous ne leur avons pas demandés et distribuent bons et mauvais points pendant le recueillement de la nation. Il y a eu sur les réseaux sociaux tous les distributeurs de bémols, ceux qui veulent bien manifester mais pas avec tout le monde, qui auraient souhaité un peu moins d’unité ou un peu moins de national, ceux qui estiment que « l’esprit Charlie » devrait servir de sésame et en excluent les autres (les faux-culs).

La présence des chefs d’État et chefs de gouvernement au défilé parisien illustre la dialectique entre la symbolique et la réalité politique. Le symbole c’est celui de l’expression d’une solidarité internationale face au terrorisme et c’est un symbole fort. Le hiatus qui
n’échappe à personne, c’est que plusieurs de ces VIP foulent aux pieds la liberté de presse (entre autres) dans leur propre pays. Lors d’une journée comme celle du 11 janvier c’est évidemment le symbole qui prime. La politique, au sens noble, reprend ses droits ensuite. Nous ne sommes pas des buses, nous savons bien que les dirigeants qui défilaient aux côtés de Hollande n’étaient pas tous des parangons de la liberté. Mais voilà, pour certains c’est plus fort qu’eux, il faut qu’ils la ramènent le jour même. Edwy Plénel en chef de file…

Dans le flot d’émotions de cette journée, nous n’échappons pas non plus à la concurrence victimaire. Derrière le « nous sommes toutes les victimes » on entends les petites voix qui mettent en avant leur propre catégorie, journaliste, policier, juif ou musulman. Mais heureusement la multiplicité de ces voix donnent un chant choral : nous sommes tous toutes les victimes, pas plus l’une que l’autre. Et fort heureusement, partis et syndicats se sont abstenus de mettre en avant l’engagement de tel ou tel en leur sein. Lors du défilé, la consigne « ni sigle sur les banderoles, ni drapeau » a été plutôt bien respectée (à l’exception des syndicats de journalistes pour des raisons que l’on peut comprendre).

Les complotistes ont été inaudibles mais ils se rattraperont dans les jours qui viennent. Une mention spéciale pour Thierry Meyssan, vendeur de complots en tous genres, qui voit déjà la main de Washington et de Tel Aviv derrière les évènements tragiques.

La journée du 11 janvier est un début. Il y a beaucoup de leçons à tirer des événements. Pas seulement en termes de sécurité et de renseignements, mais en termes politiques du vivre ensemble que nous voulons construire. De la notion indivisible de liberté d’expression aussi. Certaines expressions sur les provocations de Charlie Hebdo, en particulier chez les jeunes, montrent que la pédagogie sur les concepts de liberté et de laïcité est un enjeu majeur, non seulement aujourd’hui à la lumière de l’actualité, mais aussi pour demain et le devenir des générations futures.

Demain est un autre jour.

Publié dans : Politique, Société |le 11 janvier, 2015 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 4 février 2015 à 12 h 48 min Anonyme écrit:

    Bel article !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

MASTIGOUCHE |
Une voyance par telephone |
La Passerelle Gourmande |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Faceaumiroir
| Agence Immobilière en Vallé...
| Change The World Together