OUBLIER ZEMMOUR

troll
 

Éric Zemmour est devenu un troll audiovisuel. Plusieurs commentateurs ont souligné cette mutation du chroniqueur-essayiste. La seule différence avec un troll sur internet, c’est que le troll audiovisuel n’est pas anonyme, son nom est même un étendard. Hormis cela, sa fonction est la même : pourrir les débats et envahir l’espace en fustigeant la pensée unique. La « pensée unique » est un concept commode qui permet de ranger dans le même sac tous ceux qui ne pensent pas comme vous ; quand on est lassé de se cacher derrière des arguments d’autorité il suffit de jeter de la poudre de « pensée unique » ; pour aveugler l’adversaire. 

Il y a un "air du temps" qui permet à Zemmour de s’épanouir dans les médias. Zemmour aimerait faire un mai 68 à rebours et cette petite musique est agréable aux oreilles des franges les plus réactionnaires de la société actuelle, celles qui prennent l’air lors des Manifs pour Tous par exemple. Zemmour aimerait tellement faire un mai 68 à l’envers qu’il s’invente un mai 68 personnel qu’il n’a pas vécu, au prix d’un petit mensonge sur son âge lors d’une interview (il est né en 1958 et à 10 ans on ne défilait pas rue Gay-Lussac).

Exprimer sa misogynie, son homophobie ou son racisme à petites lampées savamment distillées a permis de créer son nouveau personnage de troll. S’il était apparu, un jour, en bloc, comme ce qu’il est aujourd’hui, il aurait été zappé. Non, lui s’est façonné par petites touches progressives en occupant les plateaux télé comme un chroniqueur seulement agaçant, parfois brillant, souvent péremptoire mais en étant chaque fois juste un tout petit peu trop loin mais suffisamment près de la ligne jaune pour ne pas se couper du mainstream qu’il dénonce.

Un jour donc les féministes ont détruit les hommes et l’avortement « ne libère pas la femme ». Peu importe de savoir de quel féminisme il parle et ce qu’est pour lui le contrôle des naissances ou la libre disposition de son corps, car contrairement à ce qu’il voudrait laisser croire, ce n’est pas le débat intellectuel qui l’intéresse. L’emporte-pièce est son outil fétiche. Il est prêt à prendre le contre-pied de n’importe quel argument qu’on lui opposerait avec en prime la posture d’une victime.

Un autre jour c’est le soi-disant puissant lobby LGBT qui met l’école de la République à son service le lendemain ce sont les étrangers qui sont majoritairement délinquants. Enfin cerise sur le gâteau : Vichy a beaucoup fait pour sauver les juifs français. La défense de Vichy par un juif, c’est évidemment un must. La réplique argumentée et factuelle de l’historien Robert Paxton, mis en cause par le troll, est inaudible. Et trop compliquée : l’erreur que le troll assène en une phrase, nécessite un article complet pour reconstruire une vérité argumentée.

Courant en zig-zag dans ses indignations il prend soin de ne pas être confondu avec un réactionnaire étiqueté : il n’est ni un identitaire, ni un frontiste, ni un pur libéral, il est tout cela à la fois et rien en même temps. Quand Alain Soral, Renaud Camus ou Robert Ménard restent figés dans leurs postures, le troll vagabonde.

Maintenant que le troll a balancé une à une ses boules puantes, il peut en faire la compilation en un livre qui devient aussitôt un succès d’édition. Et derechef les médias invitent le troll pour parler de son livre. Et plus on attaque le troll, plus on essaye de le pousser dans ses retranchements, plus il enfle et phagocyte. C’est l’implacable logique du troll, plus vous le combattez, plus il se renforce ; comme les menottes chinoises : plus vous tirez pour vous en défaire, plus elles vous enserrent.

La règle dans l’audiovisuel est la même que sur internet : don’t feed the troll.

Publié dans : Politique |le 11 octobre, 2014 |7 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

7 Commentaires Commenter.

  1. le 11 octobre 2014 à 22 h 17 min T. Olgersson, alias P.P. écrit:

    Le problème, Karedig, c’est qu’il n’est pas le seul : il fait école, et l’état de déliquescence de la classe politique française (et si y’avait qu’en France !) vient bien à point pour les encourager tous ! Y’a qu’à voir les Ukrainiens balançant leurs hommes politiques dans les poubelles ! Ca rappelle sinistrement les nazis, qui avaient rebaptisé le Reichtag « La boîte à blabla »…

    Répondre

  2. le 11 octobre 2014 à 22 h 50 min Hoffmann écrit:

    Analyse très intéressante de la manière dont ce personnage s’est installé dans le paysage médiatique: petit à petit, sans avoir l’air d’y toucher, sachant à chaque étape jusqu’où il pouvait aller trop loin… Cela ne fait pas si longtemps qu’il est labellisé pour ce qu’il est vraiment, à savoir d’extrême droite, tant il a su avancer masqué. On ne peut hélas que partager votre pessimisme sur la difficulté, voire l’impossibilité, de le réfuter par un discours argumenté. Je ne suis pas sûr en revanche qu’il soit encore possible de le marginaliser en évitant de lui faire de la publicité: il est d’ores et déjà un personnage public. Si les raisonnements ne peuvent le mettre en échec, peut-être pourront-ils du moins convaincre des personnes de bonne volonté, une sorte de cordon sanitaire en somme.

    Répondre

  3. le 12 octobre 2014 à 1 h 17 min Ma_vie_sans_moi écrit:

    En même temps, il entérine l’impuissance de la gauche, comme on a vu hier soir dans l’émission de Frédéric Taddeï avec cette pauvre Clémentine Autain !

    Répondre

  4. le 12 octobre 2014 à 10 h 54 min Métaphore écrit:

    Ou bien une bulle de savon : inconsistante, portée par les courants d’air, piquant les yeux quand elle se perce et ne laissant ensuite aucune trace.

    Répondre

  5. le 12 octobre 2014 à 21 h 55 min informonslemonde écrit:

    Cette réflexion est pertinente est montre bien que Zemmour est devenu un personnage de la télévision vendant une image (est on sait tous que l’image à la télévision est bien utile pour faire de l’audience mais cela n’est pas la question) plutôt qu’une réel appartenance : la critique est en lui, peu importe son interlocuteur, il doit être en désaccord (volontairement ou pas…).

    Répondre

  6. le 3 novembre 2014 à 10 h 46 min http://xitio.fr/marketing/definir-strategie-webmarketing-perennes/ écrit:

    Je commente car je suis ravie de lire un article de cette qualité
    http://xitio.fr/marketing/definir-strategie-webmarketing-perennes/ http://xitio.fr/marketing/definir-strategie-webmarketing-perennes/

    Répondre

  7. le 31 août 2015 à 13 h 05 min Technitoit écrit:

    J’approuve toutes les idées développées ici ! c’est génial

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

MASTIGOUCHE |
Une voyance par telephone |
La Passerelle Gourmande |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Faceaumiroir
| Agence Immobilière en Vallé...
| Change The World Together